methionine-structure

La méthionine, un acide aminé dont on sous-estime l’importance !

Le métabolisme des acides aminés est un sujet très complexe. Naturellement, il est directement liés à votre alimentation et à sa teneur en protéines en particulier. Les aliments protéinés permettent bien sûr de renouveler vos tissus organiques et vos muscles mais l’équilibre entre les acides aminés présente aussi beaucoup d’importance pour votre santé. Nous vous avons d’ailleurs très souvent parlé du rôle essentiel de la glycine. Comme vous le savez, la consommation de viandes rouges ou blanches est majoritaire dans notre alimentation moderne. Les viandes vous apportent l’ensemble des acides aminés essentiels dont vous avez besoin et parmi eux, la méthionine. Très peu connue du grand public et des athlètes, la méthionine est pourtant essentielle à la constitution des protéines, entre autres rôles. Cependant, un déséquilibre entre les apports en méthionine et en glycine ne sera pas forcément favorable à la santé. On parle alors du problème de l’homocystéine. Vous le savez également, la glycine se fait trop rare dans notre alimentation, à moins de consommer souvent les parties gélatineuses de la viande mais ce n’est pas très courant. Mais alors, en quoi un excès de méthionine serait-il néfaste à la santé ?

La méthionine est métabolisée dans le foie en homocystéine

La méthionine est essentielle à la synthèse des protéines mais un excès se traduira aussi par un taux d’homocystéine trop élevé. En effet, lorsque la méthionine passe par le foie, elle est convertie en homocystéine. Ainsi, une consommation élevée de viande pourrait amener l’organisme à synthétiser une quantité excessive de ce dérivé aminé qu’est l’homocystéine. Un problème se pose alors car cet acide aminé est aussi indirectement lié à des problèmes de santé, notamment aux maladies cardiovasculaires et chroniques. A l’opposé, certains micronutriments comme par exemple l’acide folique (une vitamine du groupe B), permettent la conversion de l’homocystéine en méthionine. Ainsi, les folates contribuent à l’équilibre entre ces deux acides aminés. Le métabolisme de l’acide folique étant dépendant de la vitamine B12, nous ne pourrions que vous conseiller de veiller soigneusement à vos apports en vitamines B, en particulier pour l’acide folique et la B12, de préférence sous forme de méthylcobalamine. Naturellement, un bon multivitamines, vous apportera toutes les vitamines du groupe B.

Rééquilibrer le rapport entre la méthionine et l’homocystéine avec de la glycine

glycine-acide-amine-collagene

La glycine, un des compléments alimentaires les plus utiles pour la musculation…

Nous venons d’en parler, l’acide folique est une vitamine qui intervient sur le processus de la méthylation, permettant une reconversion de l’homocystéine en méthionine et en diméthylglycine (2 groupes méthyle + glycine), neutralisant les excès d’homocystéine. Disons que la vitamine B6, B12 et B9 sont impliqués dans ce processus métabolique. En même temps, les acides aminés sérine et glycine sont nécessaire à ce processus physiologique. La sérine en tant que complément alimentaire est assez rare mais la glycine est abondamment synthétisée et peu coûteuse. C’est également un acide aminé utilisé par l’industrie agro-alimentaire comme correcteur d’acidité car la glycine a un goût un peu sucré. Cependant, nous ne vous conseillerons pas de vous gaver de cochonneries et de mal bouffe parce qu’elles sont édulcorées avec de la glycine, c’est évident. La gélatine est également une solution plus ou moins valable car il s’agit d’un dérivé du collagène. Mais là aussi, c’est un peu une fausse solution car la gélatine est une forme de protéine dégradée à partir du collagène. Cela ne constituera donc pas vraiment un apport sain en glycine ni en acides aminés de bonne qualité nutritionnelle. Les desserts gélifiés et autres confiseries vont peut-être vous apporter un peu de glycine mais il s’agit là aussi d’une solution alimentaire particulièrement malsaine.

Les carences en glycine sont préoccupantes pour une très large majorité de la population sédentaire et sportive

En outre, les besoins nutritionnels en glycine sont plus élevés qu’on voudra bien vous le dire. En réalité, les carences en glycine sont toutes aussi courantes que celle de la vitamine D ou du magnésium. La recherche scientifique a prouvé que les apports alimentaires en glycine étaient largement déficitaires pour une grande majorité d’individu. Cela s’explique facilement puisque la glycine est non seulement indispensable à la synthèse du collagène mais elle intervient aussi en tant qu’acide aminé glucoformateur. Elle est également utilisée pour la synthèse endogène de la créatine, elle intervient sur la fabrication des sels biliaires ou plus indirectement, de l’hémoglobine et de certaines molécules antioxydantes. De là, les besoins nutritionnels non satisfaits en glycine seraient de 6 à 12 grammes par jour chez l’homme en moyenne.

La glycine n’est pas seulement indispensable au collagène mais aussi à la créatine et à d’autres processus métaboliques

Considérée comme un acide aminé non essentiel, l’organisme en génère une faible partie à partir de la sérine mais cette synthèse endogène s’avère largement insuffisante pour couvrir l’ensemble des besoins de l’organisme. Cette carence néfaste à la santé se traduira d’ailleurs assez souvent par des troubles articulaires, arthrite et arthrose avec l’âge. a cette fin, la qualité de votre alimentation doit donc être considérée autant à court terme que sur le long terme; Cette dernière serait peut-être à mettre en relation avec le manque de glycine qui induit un renouvellement du collagène de plus en plus difficile avec les années. La recherche a d’ailleurs montré que ce manque chronique était dû à des raisons génétiques lointaines en étudiant plusieurs mammifères qui présentaient des troubles articulaires liés au vieillissement. Les comparaisons avec l’homme ont tendance à valider cette hypothèse.

Finalement, un apport exogène en glycine serait le moyen le plus simple de réduire le taux sanguin d’homocystéine

homocysteine-molecule

L’homocystéine

Pour résumer la situation, disons que les excès en homocystéine, générés par un apport excessif de méthionine sont des facteurs de risques – indirects – pour la santé cardiovasculaire et autres maladies chroniques. A l’opposé, un apport en glycine serait le meilleur moyen de prévenir l’augmentation de l’homocystéine vers des taux problématiques. Cependant, se bourrer de gélatine et de sucres ou de viandes grasses et peu appétissantes n’est pas une solution non plus. Plus raisonnablement, un apport exogène en glycine par la supplémentation reste encore le moyen le plus simple de maintenir l’homocystéine à des taux sanguin raisonnables. Ajoutons que la solution au problème réside en grande partie du processus de la méthylation, comme nous l’avions déjà précisé. A cette fin, la sérine, la glycine mais aussi la triméthylglycine (3 groupes méthyle + glycine) ou bétaïne participeront allègrement au bon fonctionnement de ce processus. Les groupes méthyles sont d’autant plus indispensables à votre organisme qu’ils participent à la réparation de votre ADN, une raisons de plus pour s’assurer que ces molécules soient apportées quotidiennement à votre organisme. En outre, prendre un complément alimentaire de glycine permettra indirectement d’économiser vos groupes méthyles, utiles à d’autres fins, et à votre ADN en particulier. Ce simple constat, ainsi que d’autres qui lui sont indirectement liés (synthèse de la créatine, de l’hémoglobine, antioxydant, anti-inflammatoire…), font également dire aux chercheurs que la glycine se place très bien comme molécule aux propriétés “anti-âge” ou du moins, qu’elle participe activement à la longévité humaine…

YAM Nutrition