L'assimilation de la créatine
| 0 commentaires

L'assimilation de la créatine

La créatine reste toujours l'un des compléments alimentaires de la force les plus consommés au monde. Son efficacité a été prouvée par des dizaines d'études scientifiques à travers le monde. Mais qu'en est-il de son assimilation ? Cet article vous donne les éléments clé qui vous permettront d'y voir plus clair.

La créatine est un composant organique composé à partir de trois acides aminés que nous connaissons depuis le 19ème siècle. C'est aussi une des substances essentielles au rendement de nos cellules musculaires que nous connaissons le mieux. Pourtant, les recherches sur la créatine ne se sont vraiment développées qu'avec la mise sur le marché du premier complément à base de cette molécule, proposée par EAS Nutrition au début des années 1990. Performances physiques, influence de la créatine sur la force, l'endurance, la puissance musculaire maximale et d'autres critères ont fait l'objet d'études approfondies. Cependant, la question de l'assimilation de la créatine a toujours semblé aller de soi. Cependant, il n'en est rien et de nombreuses marques de compléments alimentaires en ont alors profité pour proposer leur créatine associée à un transporteur quelconque, comme cela se fait pour n'importe quel sel minéral.

Des dizaines de formes de créatine ont été synthétisées afin d'en améliorer potentiellement l'assimilation

Outre la créatine monohydrate, des créatines gluconate, citrate, éthyl ester, Kre Alkalyn et autres magnésium chélate sont apparues sur le marché sans vraiment apporter une amélioration par rapport au sel de créatine initial (monohydrate). A vrai dire, la créatine monohydrate a toujours servi de référence standard en rapport à l'assimilation des autres créatines. Un record d'inutilité et d'assimilation nulle a cependant été remporté par la forme éthyl ester. Toujours est-il que les proportions entre la créatine et le transporteur varient. La créatine anhydre est la base sèche de cette molécule, elle en contient donc 100%. En revanche, la créatine monohydrate en contient un peu plus de 87%.

Certains chercheurs ont toujours pensé que l'assimilation de la créatine était une évidence...

Le parti-pris de certains chercheurs, considérant que la créatine était totalement assimilée au niveau des intestins a toujours laissé penser que cet assistant de l'ATP passait sans problème l'estomac puis l'intestin et qu'il arrivait intact au niveau des cellules musculaires. Ce cheminement d'une substance à travers l'organisme en rapport à sa biodisponibilité est d'ailleurs connue sous le nom de pharmacocinétique. En effet, si la créatine résiste très bien à l'acidité stomacale (moins de pH 2), il est fort peu probable qu'elle reste intacte avant d'arriver aux muscles. Une large majorité de culturistes en avait d'ailleurs fait l'expérience depuis le début de la mise sur le marché du produit, alors qu'elle était tout simplement associée au glucose dans les premiers compléments alimentaires à en contenir.

La créatine sera toujours mieux assimilée sur un estomac vide à un pH acide de 1,3

Si d'associer cette fameuse créatine au glucose donne de bons résultats sur la force et le volume musculaire, il est prouvé depuis 1927 (!) que la créatine est parfaitement assimilée l'estomac vide puisque le pH à 1,3 d'un estomac en bonne santé favorise cette assimilation. A l'opposé, pendant le repas, le pH stomacal augmente entre 3 et 6, ce qui augmente la métabolisation en créatinine, même si celle-ci reste modérée (entre 2 à 10%). Retenons aussi que de nombreux bodybuilders avaient fait part d'une augmentation de la force plus grande avec la fameuse Kre Alkalyn (une forme monohydrate au pH modifié) qu'avec le sel de créatine standard. De là, nous pourrions dire que la créatine peut être partiellement dégradée avant d'arriver aux muscles. Les expériences cliniques avaient pourtant démontré l'absence de gain par rapport au monohydrate avec la Kre alkalyn sous brevet américain. Alors finalement, qui croire ?

La créatine Hcl présente une assimilation presque égale à 100%

La créatine Hcl est basée sur un hydrochlorure, permettant une dissolution égale à 100% de la créatine. Cela laisse supposer une absence de pertes et une efficacité remarquable. Les retours d'expériences cliniques établies avec des athlètes confirmeront que la créatine Hcl est nettement mieux assimilée que le monohydrate dans certains cas. A cette fin, cette forme concentrée de créatine pourrait donner un avantage sur la force et la puissance musculaire délivrée qui soit plus important que pour le monohydrate. Du moins, c'est avec la Kre alkalyn, la forme de créatine la plus efficace du marché, selon les retours d'expériences des pratiquants de la force. Cela prouve surtout que l'assimilation du monohydrate de créatine est loin d'être aussi parfait qu'on avait pu le penser. Toujours est-il que YAM Nutrition a choisi Creapure, une forme brevetée de créatine monohydrate par le fabricant allemand Alz Chem pour sa pureté et son absence d'impuretés pendant la fabrication. Aujourd'hui, Creapure offre une garantie que nulle autre marque ne propose.

Cependant, nous avons aussi choisi la créatine anhydre puisqu'il s'agit de la base sèche de cet ergogène. Il s'agit donc de créatine à 100% alors que la monohydrate en contient 87,9%. Avec du HMB, des antioxydants du thé vert (EGCG) et de l'acide alpha lipoïque, YAM Nutrition a développé EpiMyoStatine. De là, nous pouvons vous offrir un complément de créatine (anhydre) parfaitement assimilable, outre son influence sur la myostatine, raison pour laquelle nous y avons associé les EGCG du thé vert.

L'acide alpha lipoïque et le HMB s'associent fort bien avec la créatine

Si le glucose va évidemment jouer le rôle de levier sur la créatine par le biais de l'insuline, deux autres molécules vont également améliorer son assimilation. Il s'agit tout simplement de l'acide alpha lipoïque et du HMB, un dérivé de la Leucine que vous connaissez déjà. L'acide alpha lipoïque est connu pour être indispensable à la métabolisation des macronutriments en énergie cellulaire. C'est notamment le cas pour le glucose. Par ce biais, la créatine est mieux assimilée avec l'acide alpha lipoïque puisque cette molécule engage le glucose vers son utilisation par les mitochondries. Cependant, le mécanisme exact est trop complexe pour être expliqué ici. Retenez simplement que l'acide alpha lipoïque joue un rôle de levier au niveau cellulaire pour la créatine.

Le HMB pourrait-il renforcer les effets de la supplémentation en créatine ?

Le HMB joue sur un autre terrain. Nous savons aujourd'hui que ce dérivé de la Leucine n'est pas seulement un anti-catabolique potentiel mais qu'il engage également certains processus cellulaires activant l'augmentation du nombre de mitochondries. Ainsi, le HMB ne fait pas que réduire la dégradation des acides aminés mais il potentialise aussi la génération d'énergie à partir du glucose. Le HMB réduit aussi la concentration de créatine kinase dans le sang, suggérant une efficacité plus élevée du recyclage de l'ATP par la phosphocréatine au niveau cellulaire.

YAM Nutrition

Aperçu de l'article la caséine hydrolysée
Prochain message Pas de post suivant

Laissez une réponse

Scroll